jeudi 23 mars 2017

Famine





Un bruit

Un bruit d'os qui se brise



Un souffle

Clou au cou de la mère



Un cri

Comme du sable crissant



La pluie

Ne remplit plus le puits

Glouglous enfouis

Amours enfuies

Le puits

N'a plus de point d'appui



Les corps
Meurent au-delà des corps

Avant
On craignait les fantômes


22 février 2017, le secrétaire général de l’ONU
dénoncele risque de famine dans l'Est Africain

L'autre nom du rock'n'roll


Ce jour
Des filles se sont offertes
Des portes se sont fermées
Au ciel planaient les aigles
En plumes aquatiques
La mer redémarrait
Débridée de palmiers
Et Chuck Berry est mort

Ce jour
Les pôles restaient inquiets
Le chat doutait des cygnes
Au fast-food de la mort
Les soldats mangeaient froid
L'air bleuait de bourdons
Quel hôpital ferme jamais
Et Chuck Berry est mort

Ce jour
La guitare est une arme
De construction massive
Elle a tranché soudain
L'année cinquante cinq
Les éléphants barrissent
Quand sur la scène on danse
Et Chuck Berry est mort


Mort de Chuck Berry, le 18 mars 2017

vendredi 24 février 2017

Ils sont douze écrivains


Ils sont douze
Douze écrivains emprisonnés
Ou menacés de l'être
Que certains courageux *
Ramènent à la mémoire
Interdit d'oublier
Un sommeil léger doit suffire
Quand pour eux une pensée pèse d'or

Ils sont douze
Brisés morfondus frappés
A vue gardés dans des geôles sales
Accusés par un État qui terrorise
Asli Erdogan dit
Entre mes mains il n'y a plus rien
Je suis à leur merci

Ils sont plus de deux mille
Juges procureurs incarcérés
Que pitoyablement remplacent
Des bachoteurs en droit
Ils sont cinquante mille
Fonctionnaires révoqués suspendus
Sans autre salaire que la peur
Et la glaire populaire

Ils sont un peuple violenté
Dépossédé de ses choix
Vivre simplement vivre
Devient hors de portée
La vie n'a d'éclat
Que dans la pupille
De quelque desposte 
Affolé

dimanche 12 février 2017

Abattoir humain

Le rapport d'Amnesty International sur la prison de saidnaya



Saidnaya

Abattoir humain

La fin de la vie

La fin de l'humanité

Espace clos absurde

Où des hommes s'accrochent à rien

D'espoir

Quand les attend la pendaison

Une table qui branle

C'est le tribunal en sous-sol

Une minute pour perdre la vie

A l'étage on entend

S'étouffer gargouiller

Des gamins parfois

Trop légers pour mourir

D'un coup net

Qu'on décroche et qu'on brise



Saidnaya

Partout et nulle part

Pont en feu vers l'abandon

La terreur le néant

Des bourreaux qui se fuient dans la fête

Les victimes annulées

Quelque chose d'immanent

Passant les siècles

Comme si l'homme n'avait de cesse

De détruire ses rêveurs








7 février 2017, rapport d'Amnesty International
sur la prison Saidnaya de Damas , Syrie

lundi 6 février 2017

Flots ivres




et l'eau coulant des nues
alarme les ruisseaux
engrossés de rapides
enbouillonnés d'humus
entourbillés de crème
affole les bordures
rafle des nids de vie
et les enfants sont prêts
à être pris pour purs
bandits manchots corsaires
qu'adultes devenus
ils se regretteont

et l'eau précipitée
de la nue éventrée
tartine les chemins
bouscule les frontières
emmêle les racines
en Anschluss végétaux

et celui qui croyait
qu'il aurait un destin
à marcher sous la pluie
perd la main perd pied
et la tête s'enfonce
dans une faim d'opium
goutte redevenu

et les eaux bombardées
se déchirent le ventre
rempli de billes avides
de hâcher pénétrer
labourer défoncer
la terre et ses hommes

bulles folles de vie
ensemencées de cycles
qui font trembler les femmes
gémissantes en gésines
avant de tout jeter
en voie lactée dissoudre
puis d'attendre un ou deux
univers trois déluges
des soleils d'holocaustes
et puis enfin plus tard
à court d'idées à sec
tout recoudre


Intenses précipitations, 5 février 2017

dimanche 29 janvier 2017

Rien que le mot torture








Les Lumières s'éteignent

Le cosmos disparaît

Aspiré au trou noir

De la cuvette Trump




Au pied de la frontière

S'épanouit la fleur

Mauvaise décorée d'os

Sur le mur du malheur



Adieu Diego adieu Frida

La fresque solidaire

Se dissout dans la frasque

Du brasseur d'idées fixes



Et la torture s'ouvre

Les bras de l'avenir

Autorisée à tuer

L'homme dans l'homme


Peuple racorni

Peuple renfermé

Peuple privé de lui-même

Il veut

Peuple réfugié

Loin des réfugiés

Suspendu à la mèche

D'un allumé de la capsule

Quelqu'un voulait cela ?



Trump légitime la torture
27 janvier 2017

Femme russe







Femme russe
Tu n'es pas homme
A contester
A réclamer
A discourir
A riposter

Femme russe
Tu es femme
Et femme se tait
Dans le secret
D'un nez cassé
Les yeux noircis
Les seins bleuis
Le sexe sale

Femme russe
Tu vis tu bois tu trimes
Et c'est assez
 
La Russie dépénalise la violence domestique, 27 janvier 2017